Mes emballages alimentaires, une histoire de plastique

Mes emballages alimentaires, une histoire de plastique

0

Le plastique ferme le podium des trois produits les plus fabriqués au monde, après le ciment et l’acier. Aujourd’hui, 40% de la demande de plastique brut est liée aux emballages (19.4% à la construction, 10% à l’automobile et 30.6% autres) 1 

Si son adoption est rapidement devenue universelle de par ses avantages en termes d’hygiène, de résistance aux chocs et aux variations de température, de facilité de mise en forme, de légèreté et d’imputrescibilité, la hausse de sa production dès les années 50-60 a entrainé des problèmes de gestions des déchets de ce matériaux (nuisances visuelles, sanitaires, écologiques et économiques).

Ces problèmes se sont accrus du fait qu’énormément d’articles fabriqués en plastique sont à usage unique.

On estime que seuls 5 % de la valeur des matériaux d’emballage en plastique restent dans l’économie alors que les 95 % restants sont perdus après une première utilisation très brève2.

En Suisse, la mise en décharge ou l’enfouissement du plastique n’est plus appliquée depuis deux décennies (la dégradation de cette matière peut y prendre des centaines d’années). Plus de 80% sont valorisés énergétiquement en usine d’incinération des ordures ménagères, 6% en cimenterie et le reste est recyclé3. Ce recyclage s’applique aux bouteilles à boissons en PET et aux bouteilles en plastique PE mais pas aux emballages alimentaires qui contiennent souvent des additifs ou des composites destinés à mieux conserver le produit mais le rendant impossible à recycler.4

Cependant, avant même d’arriver entre nos mains pour ensuite aboutir dans nos poubelles, les emballages ont déjà une longue histoire et ont déjà consommé beaucoup d’énergie, c’est ce qui s’appelle « l’énergie grise ».

Pour extraire leurs matières premières, pour les fabriquer, pour les transporter (sur terre, sur mer et dans les airs), pour les débarquer, les stocker et, enfin, les vendre. Sans oublier qu’il faudra investir encore de l’énergie lorsqu’ils arriveront en fin de vie: pour les emporter avec les déchets, les recycler ou les éliminer.

Pour visualiser cette histoire, il existe un outil, l’écobilan ou analyse du cycle de vie (ACV). Cette vision globale permet de comparer les produits entre eux afin d’orienter nos choix, de mener une réflexion sur la manière dont on peut rendre plus durables l’utilisation et l’entretien du produit et d’orienter le produit en fin de vie vers la filière adéquate afin que les matières qu’il contient soient valorisées le mieux possible.

Plusieurs ACV ont été faites dans le but d’évaluer la meilleure option entre des produits jetables et des produits réutilisables. Toutes ont conclu qu’avec un comportement adéquat (un nombre de réutilisations minimales en fonction du produit5), les seconds sont plus respectueux de l’environnement. Ils permettent d’éviter les émissions liées à l’étape de l’extraction des matières premières, de la production, de la distribution et du traitement des déchets.

1. PlasticsEurope, 2018
2. Commission européenne, 2018
3. Office fédéral de l’environnement OFEV, 2019
4. UMTEC et Carbotech, 2017
5. Par exemple, il faut 7 réutilisations en moyenne d’un gobelet réutilisable de type écocups pour avoir un impact inférieur au gobelet à usage unique, 10 pour une gourde ou encore 35 à 75 utilisations d’un sac réutilisable pour un impact inférieur à un sac plastique. Les précisions se trouvent dans les études en référence.

 

Pour aller plus loin 

Vidéos didactiques

L’histoire d’une cuillère, GreenpeaceCanadaFrançais

Objets inutiles en plastique, de Leïla Rolli, chroniqueuse du blog EnVertEtContreTout,  dans le cadre de l’émission A Bon Entendeur de la RTS du 2.10.2019.

Les déchets plastiques

Commission européenne. 2018. «Une stratégie européenne sur les matières plastiques.» http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-18-6_fr.htm.

Ellen MacArthur Foundation. 2016. «The new plastics economy. rethinking the future of plastics.» https://newplasticseconomy.org/assets/doc/EllenMacArthurFoundation_TheNewPlasticsEconomy_Pages.pdf.

Office fédéral de l’environnement OFEV. 2019. «Matières plastiques.» https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/dechets/guide-des-dechets-a-z/matieres-plastiques.html .

PlasticsEurope. 2018. «Plastics – the Facts 2018. An analysis of European plastics production, demand and waste data.» https://www.plasticseurope.org/fr.

SwissRecycling. s.d. http://www.swissrecycling.ch/fr/.

UMTEC et Carbotech. 2017. «Recyclage et valorisation des plastiques (KuRVe).» https://carbotech.ch/cms2/wp-content/uploads/KuRVe_Bericht_oeffentlich.pdf.

Les analyses de cycle de vie

Conseil fédéral. 2007. Les gobelets réutilisables champions de l’écobilan .https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-15855.html.

Grandchamp, Guillaume, et Luc Giger. 2009. Analyse de cycle de vie Gobelets jetables, réutilisables, recyclables.Lausanne: EPFL-ENAC.

RDC Environment SA. 2013. «Etude de l’impact environnemental des gobelets réutilisables dans les évènements.» http://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/STUD2013Gobelet.PDF.

RECYC‐QUÉBEC. 2017. «Faits saillants des résultats de l’analyse du cycle de vie environnementale et économique des sacs d’emplettes.» Québec.

RECYC-QUÉBEC et CIRAIG. 2017. «Analyse du cycle de vie (ACV) de tasses réutilisables et de gobelets à café à usage unique.» Québec.

Swiss Olympic Association et Office fédéral de l’environnement OFEV. 2006. «Aide à la décision à l’intention des organisateurs de fêtes sportives et de manifestations publiques: comment choisir la vaisselle la plus écologique.» Berne. 

 

Kimberley Mees, association Ecoparc